Pas d'ennemis à droite !

Make France great again.

Il y a actuellement 46 articles patriotes disponibles.
Retour
Le Forum Tipee don Paypal

Telford: silence, on viole ! : Filles de la classe ouvrière blanche et gangs indo-pakistanais : scandale de pédophilie à Telford

Le 20 mars 2018

A Telford, ville ouvrière du centre de l’Angleterre, des centaines de jeunes filles blanches ont été sexuellement agressées, pendant près de 40 ans, par des gangs d’origine indo-pakistanaise. Les autorités locales sont accusées d’avoir tenté d’étouffer l’affaire, par peur d’être taxées de racisme.

Tandis que les dirigeants européens s’inquiètent des affaires secouant les romanesques guerres entre services secrets russes et britanniques, un scandale d’une importance et d’une gravité inouïes, dont on parle bizarrement fort peu de ce côté-ci du chanel, secoue l’Angleterre. Les viols, crimes, exploitations, tortures diverses dont ont été victimes des centaines de jeunes filles, on évoque des centaines de victimes, depuis une quarantaine d’années, à Telford, petite ville nouvelle du Shropshire sise loin des préoccupations hors-sol de la capitale, par des gangs d’origine pakistanaise et bangladaise.

Telford, la défaite du « Padamalgam »

Pour le coup, pourtant, il s’agit bien d’une « attaque sur son sol » (pour reprendre l’expression employée récemment par Emmanuel Macron au sujet de l’affaire d’espionnage), subie par la population britannique, et dans les grandes largeurs celle-ci. La discrétion de certains médias constitue déjà un problème : ce sujet est-il déconsidéré par peur de stigmatiser les minorités, en l’occurrence indo-pakistanaises, dont font partie les coupables de ces faits atroces ? Comme dans l’insupportable affaire des agressions de masse de Cologne, le peuple, notamment féminin, est invité à se taire et à se faire violer en silence pour ne pas attiser les « haines » et nuire au pathos multiculturaliste en vigueur.

C’est pourtant ce silence, censure ou autocensure, qui attise les ressentiments au lieu de les éliminer. Reconnaître et nommer le réel, le prendre en compte dans toute son étendue, est pourtant fondamental, comme y incitent, par exemple, la députée conservatrice de Telford, Lucy Allan, ou encore l’ancien ministre travailliste du Gouvernement de Tony Blair, Jack Straw, qui mentionne l’une des causes du problème qui serait liée à l’origine culturelle des agresseurs. Leur environnement culturel les prédisposerait à voir dans les jeunes filles blanches de leur pays d’accueil de la « viande facile ». Le dire n’est pas stigmatiser l’ensemble de la population indo-pakistanais, bien au contraire, c’est une manière de protéger ceux qui se sont intégrés aux valeurs du pays hôte contre ceux qui les rejettent ou les violent. Ne balance pas ton porc minoritaire

Comment expliquer aussi le silence des mouvements féministes, adeptes de #metoo et d’autres phénomènes médiatiques lyncheurs et autocentrés, sur cette abominable affaire ? L’abolition du réel qui dérange. Faire tomber un people ou un homme politique par des allégations, voilà qui est porteur. Soutenir des pauvres filles de milieux déshérités victimes de gangs pakistanais, bof, ça ne rentre pas dans le cadre idéologique. Et, ce qui compte, c’est de toujours faire entrer le réel dans l’idéologie, quitte à le pervertir. Au besoin, on change de réel, ou on le nie.

C’est à ce même silence coupable et complice auquel se sont heurtées les victimes qui, durant des années, ont tenté d’alerter les services sociaux et les enquêteurs britanniques. La plupart du temps sans le moindre succès. Ainsi, et pour ne parler que de la période la plus récente de cette histoire à côté de laquelle Gilles de Rais fait figure de bon père de famille, sur 715 signalements depuis 3 ans, seule la moitié a fait l’objet d’un semblant de prise en charge. Les victimes ont été sommées de se taire. Les autorités ont fermé les yeux. Comble d’une absurdité digne de l’angoissante dystopie The Handmaid’s Tale. L’une des personnes chargées d’enquêter dans la ville de Rotherham, théâtre des mêmes crimes qu’à Telford, a été contrainte de suivre un stage de « sensibilisation à la diversité ». Ah bon, mais pour quoi faire ? Y aurait-il donc un lien ?

Le « thatcherisme » est passé par là

Mais on ne peut pas se contenter de dénoncer les ravages de la moraline injectée à gros tuyaux dans les veines d’une population déshéritée, qui a eu, en prime, le mauvais goût de voter pour le Brexit, contrairement aux élites des grandes villes. Ce scandale humain, social, à l’échelle d’une ville et d’un pays tout entier, a aussi été rendu possible par la lente déshérence des services publics et sociaux anglais depuis des décennies. Le thatchérisme, puis les politiques contraintes d’austérité n’ont eu de cesse de diminuer les ressources et les ambitions des services publics, alors que les effets de la crise ont renforcé les besoins adressés à ces services. L’effet de ciseau est imparable et d’une cruauté sans pareil.

En dépit du fiasco d’Outreau, auquel cette aberration de masse fait vaguement songer, on peut penser que pareil manquement des services publics de protection des populations et des victimes déclarées n’aurait pas pu se produire en France. En tout cas, pas encore et tant que des services publics à peu près correctement dotés en moyens et en personnels continuent de fonctionner. Il est à noter, du reste, que ces services sociaux anglais de protection de l’enfance font l’objet, depuis quelques années, de très sévères critiques pour leur politique d’une extrême violence consistant à enlever des bébés à leurs parents pour des raisons « préventives » : on retire leur enfant à des parents afin de prévenir d’éventuels mauvais traitements. Phénomène remarquablement mis à jour par le documentaire « Les enfants volés d’Angleterre » diffusé en 2016 par France Télévisions.

On pourrait être tenté de suggérer aux services sociaux de se concentrer sur les risques avérés, les choses concrètes des vraies victimes de vrais crimes, plutôt que d’extrapoler sur une philosophie pénale de la sûreté pour le moins douteuse. Ou alors d’aller jusqu’au bout de leur logique douteuse et d’appliquer ce même principe de « précaution » non seulement aux victimes potentielles mais aussi aux personnes dont on pourrait imaginer qu’elles pourraient se rendre coupables d’un crime…

Causeur

Français ou républicain, il faut choisir camarade

Le 11 mars 2018
Kevin 1er

Honteux, la drogue et la prostitution dans le PIB

02 février 2018

C'est officiel. L'Insee va prendre en compte les revenus de la drogue dans les comptes de la nation. Une donnée difficile à chiffrer avec précision.

À partir du mois de mai prochain, l'Insee va officiellement intégrer les revenus de la drogue dans les comptes nationaux. Elle met ainsi fin à une position "isolée au niveau européen" fait remarquer l'institut, qui se plie notamment à une vieille demande de son homologue continental, Eurostat.

La France va donc comptabiliser l'argent de la drogue dans son PIB. Et "l'impact sera compris entre 2 et 3 milliards d'euros, selon les années, indique à L'Express l'institut. Soit de l'ordre de 0,1% du PIB. Cela n'aura donc pas d'impact significatif sur les taux". On reste ainsi assez loin de ce que pèse l'activité dissimulée, c'est-à-dire l'ensemble des activité légales, mais non déclarées, dont le poids sur l'économie française "oscille entre 3 et 4% du PIB". Soit entre 60 et 80 milliards d'euros.

...

En bonus :
L'Expansion + Olivier Delamarche

Eric Zemmour : «Alain Juppé [et Cie] a tué la droite»

23 janvier 2018
Le Figaro

La réélection de Poutine saluée par ses homologues chinois et vénézuélien

19 mars 2018

La Chine, le Venezuela et l’Iran ont salué la réélection du président de la Fédération de Russie, ce qu’aucune capitale occidentale n’avait encore fait lundi matin.

Les alliés traditionnels de la Russie se sont félicités lundi 19 mars de la réélection du président Vladimir Poutine, tandis que les Occidentaux se sont montrés beaucoup plus réservés, rappelant leurs nombreux points de discorde avec Moscou.

...

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a déclaré lundi que l’élection présidentielle russe n’avait pas permis d’offrir aux électeurs un véritable choix. « Un choix sans réelle compétition, comme nous l’avons vu ici, n’est pas un véritable choix », écrit l’OSCE, dans un communiqué. Félicitations de la Chine, du Venezuela et de l’Iran
Vladimir Poutine a en revanche été rapidement félicité par le président chinois, Xi Jinping, suivi des chefs d’Etat vénézuélien, Nicolas Maduro, puis iranien, Hassan Rohani, qui a évoqué une « victoire décisive ».
La relation entre la Chine et la Russie « est à son meilleur niveau historique, ce qui constitue un exemple pour l’édification d’un nouveau type de relations internationales fondées sur le respect mutuel, l’équité et la justice », a déclaré dans un message le président chinois, lui-même réélu samedi à l’unanimité à la tête de l’Etat par le Parlement chinois.
« La Chine se tient prête à travailler avec la Russie pour continuer à faire progresser encore les relations sino-russes [et promouvoir] la paix mondiale », a écrit le président chinois. Moscou et Pékin, tous deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, se tiennent fréquemment sur la même ligne face aux pays occidentaux dans des dossiers comme la Syrie ou la Corée du Nord.
Le président syrien, Bachar Al-Assad, a fait l’éloge de la « confiance exceptionnelle du peuple russe » envers Vladimir Poutine, qui sert, selon lui, « les intérêts de la Russie avec la plus grande compétence et loyauté », selon un communiqué de la présidence syrienne cité par le Kremlin.

Le Monde

Eric Zemmour : «L'état de droit n'a rien à voir avec la démocratie »

15 mars 2018
Le Figaro